Comment se couvrir contre le risque de change ?

risque de change

Les risques de change sont réels. Toute entreprise qui effectue des transactions commerciales à l’étranger doit en être consciente. Heureusement, il existe notamment des techniques qui permettent de se mettre à l’abri.

Nous allons justement vous présenter quelques-unes de ces techniques. Mais, il serait judicieux de vous expliquer avant tout ce que ce terme signifie.

Qu’est-ce que le risque de change ?

Il convient dans un premier temps de définir ce qu’est un risque de change. La définition la plus simple est « le risque de perdre de l’argent lors de la conversion d’une devise à une autre ». Le risque de change provient donc principalement des fluctuations des devises. Les connaisseurs en forex savent d’ailleurs que cette fluctuation se fait en fractions de seconde.

En réalité, il existe différents types de risques de change, mais seuls deux d’entre eux sont très courants : le risque de transaction et le risque économique. Nous allons vous les expliquer avec des exemples.

Le risque de transaction

Deux entreprises concluent un contrat de vente avec paiement différé dans une devise donnée. Si la devise se déprécie au moment du paiement, le vendeur est perdant, puisqu’il encaissera moins d’argent que prévu lorsqu’il convertit le paiement dans sa propre devise. En revanche, si la monnaie s’apprécie, c’est l’acheteur qui sera lésé.

Le risque économique

Une entreprise possédant plusieurs concurrents internationaux risque de perdre un marché si sa devise s’apprécie fortement. En effet, il risque de ne plus être compétitif aux yeux de l’acheteur, qui peut décider de se tourner vers des produits, devenus moins chers à cause d’un taux de conversion favorable.

Pourquoi se couvrir contre le risque de change ?

Les conséquences d’un mauvais taux de change peuvent être catastrophiques pour une entreprise. Plus le volume de la transaction est grand, plus les risques sont importants. C’est pourquoi il est plus que nécessaire pour une entreprise qui achète ou vend à l’étranger, de se couvrir.

De plus, adopter une stratégie contre le risque de change, c’est aussi :

  • ne pas perdre son temps à surveiller jour et nuit les taux de change,
  • avoir une meilleure maîtrise de sa trésorerie,
  • se faciliter la tâche au moment de fixer les prix de vente ou d’achat,
  • rester compétitif au niveau du marché mondial.

Différentes techniques pour se couvrir des risques de change

Il existe notamment différentes techniques qui permettent de se mettre à l’abri, lorsqu’on effectue des transactions commerciales à l’international. Nous allons en citer quelques-unes.

La filiale à l’étranger

L’une des meilleures manières d’éviter les risques de change pour une entreprise est de créer une filiale dans le pays où se situe son marché. De cette manière, il peut gérer les contrats dans la devise locale, sans courir des risques de change.

Bien sûr, il s’agit aussi de peser le pour et le contre de la stratégie selon les charges occasionnées. Notez cependant que la filiale peut être aussi un avantage commercial, social ou politique, en plus de réduire les risques de change.

La gestion d’une trésorerie multidevise

Avoir une trésorerie multidevise minimise les risques de change. Cette technique permet entre autres d’éviter la création de filiales à l’étranger. À la manière d’un investisseur en bourse, savoir repérer le bon moment pour effectuer ses conversions est donc primordial.

Les contrats à terme

Les contrats à terme sont des contrats conclus entre le vendeur et l’acheteur, avec un taux de change fixe. En réalité, un contrat à terme est un peu un transfert des risques du vendeur vers l’acheteur. C’est pourquoi, l’étape de négociation risque généralement de durer. Par ailleurs, un contrat à terme ne permet pas pour le vendeur, de profiter d’un taux de conversion favorable.

Le swap des devises

Ce système consiste, pour deux entreprises, de s’échanger, après une période donnée, un montant à un taux fixe. Durant le laps de temps avant terme, la première bénéficie donc d’une liquidité dans une devise étrangère, celle de la seconde, et inversement. À terme, l’échange sera fait selon les dispositions du contrat.

Négocier des couvertures de change auprès des banques

Les couvertures de change sont un peu l’équivalent d’un swap, mais celles-ci sont conclues avec un établissement financier. De plus, le montant convenu est en relation directe avec le contrat ou le futur contrat concerné. La couverture de change peut être réalisée à la fois par l’acheteur ou le vendeur, mais le contenu du contrat sera différent.

La couverture naturelle

Cette stratégie consiste à équilibrer ses achats et ses ventes dans une même devise. Elle est parfois difficile à mettre en œuvre puisqu’un autre facteur doit aussi être considéré : le temps. En effet, si l’ensemble des transactions ne se déroule pas durant les mêmes périodes, l’équilibre risque de ne pas être trouvé.